Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2011

L’art de la guerre

Publicités

Read Full Post »

Chose dûe:

MANUEL A L’USAGE :

• Des nationalistes
• Des identitaires
• Des ethno-différencialistes
• De tous ceux qui s’inquiètent pour la survie de leur race et de leur civilisation
• De tous ceux dont le goût pour la vérité, la science et la raison est intarissable

I) MOYENS D’ACTION

Internet est un moyen d’information et de diffusion exceptionnel. Vous devez l’utiliser en complément d’une action de terrain.
Tractage et manifestations ont un impact ; mais la réinformation effectuée sur Internet en a un encore plus grand.

• Créez des blogs et des sites web
• Commentez les informations publiées sur les sites web et les blogs, surtout ceux appartenant à l’establishment
• Servez-vous des forums et des réseaux sociaux afin d’accroitre votre potentiel de rencontres et de communication.

II) CONSEILS

Ces conseils sont issus d’une longue expérience. Les appliquer dès le début vous évitera de perdre du temps, de vous énerver ou de commettre des erreurs capitales.

1) Règles générales

• Exposez les faits bruts. Ne portez pas de jugement dessus, les gens comprendront d’eux-mêmes.
• Evitez les termes péjoratifs ou insultants. Même si avoir de la rancœur est souvent compréhensible, ils ne feront que vous décrédibiliser.
• Evitez les fautes de grammaire et d’orthographe. Leur effet peut être dévastateur sur une argumentation.

2) Lors d’un débat

• Exposez calmement les faits et les arguments. Tâtez le terrain quelques minutes, pour voir si l’interlocuteur est réceptif. S’il ne n’est pas, cessez immédiatement de débattre avec lui. Débattre avec quelqu’un présentant un biais psychologique prononcé est inutile. Vous ne gagnerez que de l’énervement et du désespoir devant un âne bâté.
• Si votre interlocuteur commence à vous insulter, cessez immédiatement le débat.
• Ne vous soumettez jamais à votre interlocuteur. Des points d’accords ou des nuances peuvent être apportées à votre argumentation, mais ne laissez jamais votre adversaire vous dominer.
• Ne vous énervez jamais. Si vous sentez que vous commencez à vous énerver, c’est que votre interlocuteur n’est pas réceptif. Cessez donc immédiatement le débat.

3) Réactions à vos arguments ou votre œuvre

• Une chose prouvée et admise en psychologie et en politique est que la masse satisfaite ne s’exprime que rarement, ou jamais. Quand vous lisez un blog qui vous plait, vous allez rarement laisser un commentaire du type « T’as raison sur tout, bonne continuation ». En revanche, si ce blog vous déplait, vous aurez 90% de chances en plus de laisser un commentaire négatif, du type « Sale facho, tu racontes n’importe quoi, retourne en CM1 ». Il en va de même pour un produit à consommer : si vous n’aimez pas les céréales vendues par telle entreprise, vous allez plus volontiers leur écrire une lettre que si vous les aimiez. En conséquence, n’accordez pas d’importance à des réactions a priori négatives.
• Si vous tenez un blog, supprimez systématiquement les commentaires d’opposants qui ne sont pas argumentés, ou sont insultants. Ils n’ont aucun intérêt. Leur répondre est encore pire : vous ne ferez qu’entrer dans un débat interminable avec une personne au biais psychologique prononcé.
• Dans la très grande majorité des cas, quelqu’un qui n’aime pas ce que vous dites n’argumentera pas. Il vous attaquera sur la forme plutôt que sur le fond, parce qu’il n’a rien à dire. Ignorez-le.

III) LA VICTOIRE

L’objectif final d’un combat politique est la victoire. Combattre ne sert strictement à rien si vous vous estimez vaincus d’avance.
Le combat identitaire est un combat réaliste.
Les idées qu’il défend sont en phase avec la réalité.
Les faits, la vérité et la science sont avec vous.
Vous devez en conséquence avoir une foi absolue et constante en vos idées.
La Nature fait toujours triompher au final ceux qui sont de son côté.
Les idéologies contre-nature ne résistent pas à l’épreuve du temps.
Notre idéologie est une idéologie naturelle. Son avenir légitime est donc la victoire, et la durée à travers les siècles.

Marmoream relinquo, quam latericiam accepi.

http://chutefinale.wordpress.com
7 février 2010

Aujourd’hui, je suis optimiste quant à notre survie quand je vois la chose qui suit.
Magnifique illustration du choc des civilisations. Tout est parfait, le croissant étoilé à côté du drapeau Anglais, l’arrogance, la provocation, et le coma. De l’autre côté, l’humilité sans soumission, la simplicité et l’efficacité. J’attire votre attention sur le coin gauche de l’écran: il s’agit bien du premier round.
Il ne manque plus que Uzzy ne revendique l’entartage de Zemmour pour me rendre heureux pour tout le week-end. Je sais, je sais, j’en demande trop.

Read Full Post »

Read Full Post »

Vous connaissez le légendaire groupe parisien de rap-musette Java ? Si ce n’est pas le cas allez acheter les albums Safari Croisière et Hawaii maintenant. VITE ! Mais surtout quoiqu’il arrive, N’ACHETEZ PAS leur dernier album Maudits Français à moins que vous aimiez la récup’ qui sent vraiment bien le réchauffé et surtout… le gauchisme. Vous m’avez bien lu, Java a sombré dans les limbes de la damnation éternelle en se vautrant dans des paroles d’un incommensurable politiquement correct. Exemple :

« [Je n’aime pas] ceux qui brandissent l’étendard,
Qui mettent des barbelés à leur bouclard »

Noooooooon ! Déjà on se sent mal.

« Car comme le dit Brassens
Y a que les cons qui sont fiers de venir de quelque part »

Attention ce n’est pas fini.

« Que tu sois d’Algérie, d’Auvergne ou de Zanzibar
Paname soulève sa jupe si t’as la classe de lâcher le pourboire »

Tout fan de Java non communiste pleure après avoir entendu ces paroles, c’est statistiquement prouvé. Bon alors de deux choses l’une : soit leurs précédents albums ont été jugé trop parisiano-franchouillards et ils ont décidé de mettre de l’eau dans leur vin pour montrer à la seigneurie médiatique qu’ils sont de gentils tolérants qui aiment l’Autre et ses richesses de mes couilles ; soit ils n’ont plus d’inspiration et tombent dans le panneau de l’époque, au lieu de tout simplement s’arrêter, ce qui vaudrait mille fois mieux qu’écrire des textes pour dire que les parisiennes doivent fricoter avec des Noirs de Zanzibar. Sur l’album il y a même une chanson entière dédiée aux gentils immigrés, « On », se voulant une sorte de poème un peu figuratif dénonçant le racisme à l’égard de « ceux qui veulent traverser nos frontières ». Le résultat est juste calamiteux, on dirait un poème écrit par une gamine de 14 ans. Dans un autre morceau, une allusion est faite au Front national, qui est un parti de vilains-pas-beaux. Passer de deux albums dont quasi chaque morceau était une bombe d’intelligence linguistique et de fun à des textes puant la démagogie néo-beauf sans-papiériste, ça fait très mal.

In Memoriam :


JAVA – metro
envoyé par clara-lou. – Clip, interview et concert.

Read Full Post »