Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Délinquance’ Category

La palette d’experts engagée par la Communauté Urbaine est formelle.
Une étude approfondie se basant sur des fichiers videos, la consultation des souches des carnets d’amendes, des interviews de contrôleurs, a permis de mettre des visages sur les plus gros ennemis des transports Bordelais, à savoir:

– La femme active de souche
– Le cadre quinquagénaire de souche
– L’étudiant petit bourgeois de souche

Je rappelle que le phénomène de fraude, comme le vol, la violence gratuite et l’incivilité en général, sont des conséquences logiques d’une condition sociale intenable.

Il est donc parfaitement naturel d’y trouver ces trois ennemis de la société et de sensibiliser la population face à ces fléaux.

Citoyens, restez sur vos gardes!

Read Full Post »

Je vais parler un peu d’une idée fixe de nos modernes depuis quelques temps. L’amour au sein du foyer résout tout. Un amour maternel qui émane du ou des parents et qui accomplit une éducation sans faute et sans manque.
C’est l’argument unique du penseur unique lorsque la conversation arrive sur le droit à l’homoparentalité. Avoir deux pères, deux mères, cela n’importe pas. Avoir deux pères qui se séparent et se recasent, faisant de la famille du bambin une famille avec quatre pères qui se comportent comme des mères, cela n’importe pas (parce que oui, en plus, les homos, ça se sépare plus que les autres, enfin il s’en moque le gamin, au point où il en est). Ce qui importe réellement, c’est qu’il soit aimé et chéri. Si on est conscient du lien entre l’homosexualité et la pédophilie, il n’a pas trop à s’en faire côté affection.
Plus sérieusement, c’est un sujet qui m’intéressait tout autant que le remplacement démographique en cours. A quoi bon lutter contre l’immigration galopante si on ne remet pas les nôtres sur le chemin de la famille, dans son schéma millénaire.
Il m’arrive, à l’instar d’Anthony, de me retrouver à essayer de convaincre un sourd/aveugle, qui ne recouvre la vue que devant les programmes d’M6; et de me retrouver sans argument (oui parce que l’astuce du lien entre homo/pédo, ça a tendance à leur créer des maux d’estomac). Par chance, je suis tombé sur un livre qui apportera de l’eau à mon moulin la prochaine fois. Rien de bien révolutionnaire dans le domaine, mais c’est toujours appréciable qu’un « neutre » avance des arguments qui vont dans notre sens. Les Zemmour et les Soral (à l’époque), avec leur passif, ils ne sont plus recevables pour la majorité des gens comme étant impartiales. Non pas que je sois un habitué des livres de psychologues, mais celui-ci avait un attrait particulier car il traite des régressions, normales ou pathologiques, comment et pourquoi elles surviennent, et quels usages en font les publicitaires, entre autres. Le titre ressemble à un livre de Jung, il lui a peut-être tout piqué, je n’en sais rien. Bref voici un extrait:

Ce progrès mental, qui a été démontré de manière péremptoire par Piaget et d’autres psychologues, confirme l’importance de la mère aux premiers âges, puisque celle-ci est physiquement présente pour l’enfant presque constamment. Cela souligne également l’importance croissante du père aux stades suivants, même lorsqu’il est absent.
Les valeur de cette évolution des rôles parentaux est confirmée par un rapport des services de recherches du ministère de l’Intérieur britannique (1961) portant sur les « générations de délinquants ». Suivant ce document, le pourcentage maximum de criminalité dépassant la moyenne statistique est caractéristique des individus qui sont nés au cours d’une période de sept ans comprises entre 1935-36 et 1941-42. (…)
Les termes de ce rapport mettent en évidence:
1) la différence joués entre les rôles par les parents: importance de la mère au début et, plus tard, du père;
2) l’importance des expériences infantiles durant les quatrième et cinquième année;
3) l’absence du père (en cas de guerre par exemple) qui tend à favoriser la délinquance. (…)
Le rôle du père prend ici la première place. Si, du point de vue général, la mère représente le bien-être, le père lui, dans un concept tout aussi général, symbolise la loi et l’ordre. Si la mère signifie combien le monde est « bon », le père représente combien le monde est « juste ». C’est pour une bonne part à partir du père que l’enfant développe une conscience et vient à réaliser que la satisfactions de ses besoins n’est pas toujours automatiquement assurée; que celle-ci peut-être gagnée ou méritée par ses propres efforts; et qu’une partie seulement de ces récompenses est « légitime ». En principe, le père est mieux armé pour guider l’enfant dans ce domaine car il n’est pas handicapé par l’amour maternel.
Gordon R. Lowe

Et ce sont les mêmes personnes qui hurlent avec la meute, que dans le domaine pharmaceutique, « on a pas le recul nécessaire, tu vois ». Qu’ils en prennent du recul, il sera rude le retour de bâton.
J’espère que ma famille de has-been avec un père et une mère et des gosses même pas métis sera loin et en sécurité quand ces enfants de queers déchaîneront leur mal-être dans le pays.

Read Full Post »